A quoi sert un crédit ?

Le crédit est la mise à disposition d'une somme d'argent («capital») sous forme de prêt, consentie par un créancier (le «prêteur», généralement une banque ou un établissement de crédit) à un débiteur (l'«emprunteur», c'est-à-dire vous) :

  • pour le créancier, l'opération donne naissance à une créance sur l'emprunteur, en vertu de laquelle il pourra obtenir remboursement des fonds et paiement d'une rémunération (intérêt) selon un échéancier prévu
  • pour l'emprunteur, le crédit consacre l'existence d'une dette et ouvre la mise à disposition d'une ressource financière à caractère temporaire

En pratique, cela consiste à débloquer rapidement une somme d'argent afin de vous permettre de procéder à un achat d'un montant que vous n'auriez pu financer au comptant, et de rembourser cette somme d'argent sur une durée déterminée via des échéances (généralement mensuelles, par prélèvement sur votre compte bancaire à une date fixe).

Par exemple, vous pouvez décider d’emprunter sur cinq ans de l’argent pour acheter aujourd’hui le véhicule dont vous avez besoin.

Dans ce guide, nous n'aborderons que les crédits à la consommation, qui concernent les opérations autres que celles liées à un achat immobilier, et dont le montant est compris entre 200 € et 75000 €* et la durée de remboursement supérieure à 3 mois. Ce type de crédit bénéficie de la protection des emprunteurs (exemple : depuis la loi Hamon du 17 mars 2014, l'emprunteur d'un crédit à la consommation peut désormais compter sur un délai de rétractation de 14 jours francs, le jour franc étant une période de 0 à 24 heures, le délai commence donc à courir au lendemain du jour de la signature du prêt).

*ce plafond de 75000 € ne s'applique plus aux emprunts travaux non garantis par une hypothèque ou un cautionnement depuis le 1er juillet 2016 qui peuvent donc être considérés comme des crédits à la consommation, de même qu'aux regroupements de crédits.

En savoir plus

Nous verrons qu'il existe différents types de crédit à la consommation : prêt personnel, crédit renouvelable...

Certaines offres "alléchantes" proposées par des commerçants reviennent à souscrire un crédit, sans forcément en dire le nom. Toutefois, depuis l’adoption de la loi Lagarde sur le crédit (loi n° 2010-737 du 1er juillet 2010), la mention «Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager» doit figurer sur toute publicité proposant une offre impliquant un crédit.

Intérim et crédit, est-ce compatible ?

Avant d’accorder un crédit, la banque ou l’organisme financier réalise une étude budgétaire pour vérifier la capacité de l’emprunteur à rembourser les échéances sans incident. La régularité des revenus est un élément primordial. C’est la raison pour laquelle un intérimaire peut rencontrer des difficultés à obtenir du banquier un accueil favorable en vue d'une étude budgétaire approfondie.

Attention: il peut arriver que l’on vous oriente vers une solution particulièrement coûteuse, de crédit renouvelable, à des taux élevés. Cette pratique contestable, n’est heureusement pas la règle générale, et va à l’encontre de la déontologie et du conseil au client.

Le travail intérimaire consiste effectivement en une succession de contrats, mais il est possible d'enchaîner les missions depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, et de bénéficier d'allocations chômage ou de la prime d'activité durant les périodes d'inter-contrat. Il est ainsi envisageable de démontrer à un organisme prêteur votre régularité des revenus; le FASTT, avec ses partenaires, vous facilite cette démarche.

Les aides du FASTT pour accéder au crédit

Le FASTT, grâce à son partenariat avec plusieurs organismes financiers, facilite l'accès au crédit des intérimaires dans des conditions sécurisées grâce à une étude personnalisée de chaque projet de crédit, gratuitement et sans a priori lié au statut d'intérimaire.

un accès à une étude du projet

Le principe

Les conseillers FASTT du POINT CONSEILS CRÉDIT effectuent un diagnostic (maturité du projet, démarches déjà engagées, situation d’emploi, situation budgétaire, besoin en financement) et réalisent une étude qui permet de vous orienter vers les bonnes solutions : crédit bancaire ou microcrédit accompagné, rachat de crédit pour alléger un budget, action sociale pour aider à la résolution de situations difficiles...

L’ancienneté, la régularité des missions, le niveau de vos revenus issus de votre activité professionnelle sont pris en considération.

Cette étude vous permet de savoir si votre situation vous autorise à solliciter un crédit et faire face au remboursement sans risque d’endettement excessif. La décision d’accorder un crédit est pesée pour que votre crédit ne risque pas de vous mettre dans une position budgétaire difficile au quotidien :

  • si votre projet est jugé réalisable, le conseiller vous aide à monter votre dossier de financement.
  • si votre projet n'est pas jugé réalisable, il ne faut surtout pas vous décourager et reporter votre projet le temps de le consolider.

Les conditions

Pour bénéficier de cette prestation, vous devez être en mission au moment de la demande, et pour certains types de crédit (cf. les types de crédit), justifier de 414 heures travaillées en intérim dans les 12 derniers mois, soit environ 3 mois à temps plein.

Des solutions de prêt peuvent vous être proposées : de 500 € à 12 000 € pour financer le permis de conduire, l’acquisition d’un véhicule, faire des travaux ou pour tout autre type de projet. Les conseillers peuvent également vous orienter vers des solutions de microcrédit accompagné : de 300 € à 5 000 € pour des besoins en lien avec la mobilité et l’accès à l’emploi (achat d’un véhicule d’occasion, financement du permis ou réparation d’un véhicule...).

Pour contacter le POINT CONSEILS CRÉDIT du FASTT, appelez le 01 71 25 08 28